banbarcaioni
Bancarillongourmand
Banbondiable
banautoplus
bancarroserie
banajl
banbrc
banbablin
banbobin2015
bananneefolles
banperes
Bancfa
banbistrot
banartsetplans
banbecret
banDPconstruction
banatr
banrdi
bankrocbagatelle
baninventaire
banmaccor1
banchauffagemarne
bantechnipeinture
bancharcuteriefaubourg
bangaignette
banflunch
banribere
banromagny
banbondiable
bondias
banempreintes
banguillaume
bantarmac
banfedebat
banhaezebrouck
banguiet
banchambre
banboiteapizza
Bancrc3
banucia
bantoshiba
bannefi
banjacquin
banpwa2
bandriget
banpremiereclasse
banfermegourmande
banstdm
banpeche
BANRIC
Banvaulon
bannephi

Lino VENTURA


Lino Ventura : “ une école d’humilité extraordinaire “
 
" J’ai fait un sport quand j’étais jeune qui est la lutte.
C’est un sport où quand vous vous retrouvez bien à plat sur les épaules et que vous avez perdu, vous ne pouvez invoquer aucune excuse.
Il n’y a ni terrain glissant, ni raquette qui craque, ni la température qui fait que…
Bon ! Il n’y a qu’un homme en face de vous.
Ça, c’est quelque chose qui vous pétrit, qui vous mûrit.
Je trouve que c’est une école d’humilité extraordinaire.
J’ai rencontré des hommes fantastiques dans ce domaine.
C’est vraiment quelque chose qui a canalisé ma vie".
 
Lino Ventura, champion de lutte, acteur, 1919-1986.
 
 
 
John IRVING

John Irving : “ c’est un sport fondamental ... ”

" La lutte peut paraître étrange à ceux qui ne la connaissent pas.
Et pourtant, disons-le tout net: c’est un sport fondamental. Parce que votre destin est entre vos mains.

Pas la peine de chercher les erreurs d’arbitrage, ni les fautes de vos équipiers, ni le mauvais rebond d’un ballon… ... vos erreurs seules sont catastrophiques.

Sur
un tapis de lutte, rien ne vous retient. Et vous allez aussi loin que vous le pouvez. Le temps du combat, très court, vous paraît très long. C’est dur, précis, immense. Très proche de la façon dont je ressens l’écriture.

Il faut des tonnes de patience. Oui, l’entraînement est parfois ennuyeux. L’écriture, c’est pareil. Vous travaillez le même geste encore et encore. Vous écrivez péniblement trois pages en une journée, cinq au maximum, dix parfois ! Vous relisez, réécrivez encore et encore… et il en reste à peine la moitié ! C’est quelque chose que vous construisez très lentement et le résultat final est si loin de tous vos efforts. Cette discipline de fer, j’adore ça !…

Pour préparer un combat, il faut travailler pendant deux à trois mois, courir comme un damné, soulever de la fonte, faire des exercices d’assouplissement, trouver le bon sparring-partner, celui qui va vous permettre d’améliorer cent fois la même prise… ensuite, seulement vous êtes prêt à vous jeter dans la bagarre.

Pour écrire, c’est la même chose. L’art est un travail permanent. Je ne suis ni plus malin, ni plus doué que les autres. Je ne me reconnais qu’une chose : la capacité à travailler dur. Je n’ai besoin de personne en face de moi pour me pousser, personne à battre, sinon moi. Je lutte avec l’idée que je peux avoir de moi".

John Irving (propos extrait d’une interview du Nouvel Observateur)
Ecrivain américain : " Le monde selon Garp ", "Un mariage poids moyen", "L’hôtel New Hampshire ", " La petite amie imaginaire”...

 

 

 

Répertoire technique

 

Téléchargez l'appli EPSOFT
sur votre Tel ou Tablette

La Technique du jour

Emotions

Information

Réalisation:  Marc GRUNEWALD